Histoire du sport et des transidentités

Introduction

Depuis le début des années 2010 et l’ouverture grandissante des droits LGBTQI+ (Lesbiennes, gays, bisexuels-les, transgenres, queer, intersexes et autres) en Europe (Alessandrin, 2012), de nombreuses études portent sur le bien-être, la santé, la scolarité, l’activité sportive, les relations amoureuses et sexuelles des personnes LGBTQI+ (Block, 2014; Chartrain, 2013; MAG Jeunes gais lesbiennes bi et trans, 2010; Russell et al., 2011; Symons et al., 2010; Trindade-Chadeau, 2013). Néanmoins, l’amalgame est souvent fait entre LGB (orientation sexuelle) et T (identité de genre), considérant alors que les discriminations subies sont semblables entre ces deux catégories (Poirier et al., 2018). Il faudra attendre les années 2015 pour que les études portant sur la communauté LGBTQI+ différencient les ressentis des LGB aux personnes trans (soit par différenciation des résultats, soit par centration sur le vécu des personnes transgenres) (Alessandrin et al., 2020; Cunningham & Pickett, 2018; Dennie, 2019; Richard & Alessandrin, 2019; UNESCO, 2016).

Si la littérature sur les personnes trans est rare (Alessandrin, 2016; Alessandrin & Espineira, 2019; Beaubatie, 2017; Pavlenko, 2018; Richard & Alessandrin, 2019), elle l’est plus encore dès lors qu’elle se spécifie à leur vécu sportif (Dennie, 2019; Erikainen et al., 2020; Foley et al., 2016; Jones et al., 2017b, 2017a; Pavlenko, 2018; Pérez-Samaniego et al., 2016). De plus, dès lors que transidentité et sport sont traités ensemble, il s’agit du sport de compétition (Blanc, 2019; Erikainen et al., 2020; Jones et al., 2017b, 2017a; Michon, 2020). La problématique de la bicatégorisation sportive, de la dualité hormonothérapie/produit dopant ou encore des résultats et performances avant/après transition est donc favorisée, au détriment de la pratique sportive de loisir pourtant investie à plus grande échelle que le sport de compétition (Duret, 2019).

Tout au long de cette étude, il s’agira de démontrer ce que le sport fait aux personnes trans. Plus précisément, il conviendra d’interroger ce qu’a proposé ou non proposé l’institution sportive en faveur des personnes trans et en quoi, ces mêmes propositions ont modifié le comportement des personnes trans face au sport.

Histoire du sport

  1. Définir le sport

Avant de commencer toute démarche hâtive, il conviendrait de définir ce qu’est le sport. Pourtant, cela ne semble pas chose aisée au vu des innombrables définitions qui lui sont attribuées. De fait, si le sport peut être défini par son étymologie desport signifiant “divertissement” ou “plaisir”, il peut tout aussi être perçu comme “le culte volontaire et habituel de l’effort musculaire(de Coubertin, 1922) ou à travers la devise olympique : “ Citius, Altius, Fortius” (“Plus vite, plus haut, plus fort”). Pourtant, aucune d’elle ne semble complète, ne représentant alors pas l’intégralité de la réalité. Dans son enquête de 1987, l’INSEP considère toute forme sportive à partir du moment où les individus décident de dénommer cette activité “sport” (Duret, 2019). Là encore, cette citation semble très vague et mélangerait sport (perçu comme davantage institutionnel, soit codifié) et activité physique (sens large imbriquant l’activité sportive comme l’activité domestique (Vuillemin, 2014)).

S’il semblerait qu’il existe autant de possibilités de définir le sport que de sportifs-ves, cette étude s’appuiera cependant sur la définition proposée par T. Terret qui semble envelopper davantage de caractéristiques : “le sport englobe tout type d’activité physique réalisé dans un but récréatif, hygiénique ou compétitif et dans un cadre réglementaire minimal(Terret, 2019, p. 10. Première édition : 2007).

  1. Histoire, normes, moeurs et valeurs

Apparu officiellement au XXIIIème siècle en Angleterre (Terret, 2019), le sport moderne vise avant tout la performance (Ehrenberg, 1991; Pociello, 1983; Terret, 2019). A noter cependant que ces propos restent à nuancer au vu des évolutions sociétales de cette dernière décennie qui tendent progressivement vers des activités physiques, sportives et/ou artistiques non fédérales et non compétitives à visée de loisirs, bien-être et/ou santé (Duret, 2019; Terret, 2019).

Le sport, comme toute institution établie, est régi par des normes, des valeurs, des règles qui ont plus ou moins évolué avec le temps. De ce fait, le sport est avant tout masculin (Davisse, 1998; Betty Lefevre, 2000), créant par ce biais une bicatégorisation divisant hommes et femmes (Block, 2014; Erikainen et al., 2020; Michon, 2020) à l’instar de la société. Néanmoins, si cette division sexuée reste clivante en France, ses limites tendent à s’amincir : féminisation des pratiques culturelles (Donnat, 2005), redistribution des rôles sociaux (Bard, 2020), redistribution des normes de genre liées au monde professionnel (Rivoal et al., 2019), multiplication des identités de genre hors du spectre binaire homme/femme (Alessandrin, 2017; Poirier et al., 2018), etc… Pourtant, le sport semble quasi-hermétique à ces évolutions.

De fait, les normes de genre et les normes corpo-esthétiques sont omniprésentes dans la sphère sportive. Les corps sont donc sculptés en fonction du genre et de l’activité choisie : taille, musculature, vêtements dépendent de ces critères (Erikainen et al., 2020). Dès lors qu’un-e athlète (et notamment une athlète) déroge à ce système, les politiques sportives n’hésitent pas à remettre en cause l’existence même de la personne. Les tests de féminité (Bohuon, 2008; Bohuon & Dorlin, 2015; Bohuon & Quin, 2012) en sont la preuve : à partir du moment où l’athlète féminine ne répond pas aux normes et critères physiques (“trop musclée”, “trop forte”, “trop masculine”, etc…), sa position en tant que femme est remise en question et contrainte à être vérifiée par des tests gynécologiques et/ou hormonaux. “L’affaire Caster Semenya” (Montanola & Olivesi, 2017), athlète sud-africaine et double championne olympique du 800m en athlétisme, semble l’exemple le plus récent des polémiques autour des normes de genre en vigueur dans la sphère sportive. En effet, athlète intersexe assignée fille à la naissance, Caster Semenya possède un taux de testostérone supérieur à la norme accordée aux femmes. Considérée comme homme d’un point de vue biologique par la fédération internationale d’athlétisme, elle se voit exclure des compétitions si elle ne s’astreint pas à un traitement médicamenteux visant à diminuer son taux de testostérone.

Dans cette même continuité, le sport catégorise les activités physiques en fonction du genre (Louveau, 1986), connotant certaines activités davantage masculines (rugby, F1, etc…) et d’autres davantage féminines (danse, gymnastique, etc…). Si à ce jour, la majorité des activités sont ouvertes aux hommes et aux femmes, certaines résistent encore. En effet, au niveau international et olympique, la natation synchronisée et la gymnastique rythmique sportive restent les deux seules activités exclusivement féminines à l’image de la lutte gréco-romaine pour les hommes. A noter cependant qu’une catégorie “lutte féminine” est présente aux JO et que depuis les championnats mondiaux de natation synchronisée de 2015, les hommes ont le droit de concourir dans le cadre d’un duo mixte (homme/femme).

Si le sport compétitif est le spectacle de la division par excellence en séparant hommes/femmes, sports d’hiver/sports d’été, valide/handisport, haut niveau/non haut niveau, sports traditionnels/sports nouveaux, etc…, une autre vision de la sphère sportive peut être mise en valeur : le sport loisir.

  1. La spécificité du sport loisir

Le sport loisir, ou sport de loisir ou sport pour tous-tes, apparaît en France comme plus prégnant que le sport de compétition. Pour preuve, en 2010, 34,4 millions de français-es pratiquaient au moins une activité sportive par semaine (Brice Lefevre & Thiery, 2010) contre 17,4 millions de licences délivrées la même année (Cleron, 2012).

Les facteurs explicatifs à cette poursuite du sport hors visée compétitive se trouvent à la conjoncture entre les diktats de beauté et l’importance donnée à être en bonne santé. Plus précisément, la perception en tant que sportif-ve permet d’être perçu-e comme plus attirant-e, plus efficace au travail, plus sociable, etc… (Amadieu, 2005). Dans un même temps, les politiques sportives et de santé promeuvent régulièrement les bienfaits du sport sur la santé physique et mentale : activité physique délivrée sur ordonnance médicale depuis 2016, plan de stratégie nationale du sport santé 2019-2024 par le Ministère des sports, développement national et territorial du sport pour tous par ce même Ministère, promotion de l’activité physique nécessaire à l’école par le Ministère de l’Education Nationale, promulgation du Manger Bouger, etc… Mais le sport loisir ne se résume pas aux apparences et à la santé. Il est également vecteur de relations sociales et de partage (Duret, 2019; Sarremejane, 2016; Vigneau, 2008)

Le sport loisir représenterait donc toute activité physique codifiée (excluant les activités physiques domestiques comme le ménage ou le bricolage) réalisée dans une recherche de santé (physique et/ou mentale), d’entretien de soi, de sociabilité, de découverte de nouvelles expériences/sensations, ou encore de plaisir. Les buts de compétition, de performance sont donc exclus de cette démarche mais n’empêchent pas l’individu de s’inscrire dans une pratique de sport loisir pour, à plus long terme, intégrer un niveau compétition. Prenons l’exemple d’un-e joueur-euse de volley : ce-tte sportif-ve a joué pendant 10 ans au volley à niveau régional, iel arrête la pratique pendant 5 ans puis décide de reprendre son activité. Dans un objectif de réintégrer une équipe à niveau régional, ce-tte sportif-ve décide de se “remettre en jeu” en s’inscrivant dans une équipe loisir afin de reprendre progressivement son niveau plus ou moins perdu.

Cet exemple amène à soulever une nouvelle vision du sport loisir : le lieu de pratique. En effet, le sport loisir englobe à la fois les pratiques sportives réalisées dans un cadre personnel (courir au parc, jouer au volley sur la plage, etc…), celles pratiquées dans un cadre non fédéral mais encadrées (cours de zumba, cours de fitness, etc…) et enfin celles pratiquées dans un cadre fédéral (ensemble des propositions de clubs sportifs à niveau “loisirs” ou “perfectionnement”).

Si les lieux du sport loisirs sont moins codifiés que ceux du sport de compétition, les normes, mœurs et valeurs attribuées précédemment semblent également plus floues. De fait, si le sport de compétition n’hésite pas à diviser en fonction de l’âge, du genre, de l’état de santé, le sport loisir semble davantage opter pour une certaine liberté. Ainsi, il est plus aisé de retrouver des équipes loisirs de sports co mixtes, des entraînements loisirs de natation où étudiants-es et retraités-es se côtoient, des entraînements de course à pied où toute la famille court ensemble, etc… Dans une autre forme de liberté, pour des pratiques mixtes comme la musculation ou l’aquagym, les lieux n’hésitent pas à séparer pour proposer des créneaux uniquement “entre femmes” ou adaptés aux personnes âgées. 

En conclusion, le sport loisir est le théâtre des libertés où les différentes catégories sont à la fois floues et ultra-spécifiques par rapport au sport de compétition, les lieux de pratique sont tout endroit où l’activité physique voulue est possible et les temps de pratique sont modulables à chacun-e.

Transidentité, société et sport 

  1. Les personnes trans dans la société : une place établie ou encore à construire ?
    1. Rapide histoire de la transidentité

Chaque époque et culture dénombre des personnes existant en dehors du spectre binaire et cisgenre homme/femme : des Hijras en Inde au Two-spirits chez certains-es Natifs-ves d’Amérique en passant par le travestissement et le flou du genre chez certaines divinités grecques comme Dyonisos ou Hermaphrodite. Pour poursuivre, en Europe aussi des personnalités historiques ont transgressé les normes de leur genre assigné. Sans toutes les citer, il est aisé de prendre pour exemple Mary Read (qui se faisait appeler Mark Read), une pirate anglaise qui se travestissait en homme ou encore le chevalier d’Eon figure française tantôt féminine se vivant chevalier ou au contraire, assigné homme à la naissance et se travestissant en femme à la fin de sa vie.

Pourtant, M. Foerster tend à rappeler que “s’identifier au sexe opposé à son sexe biologique a toujours existé mais que le transsexualisme tel que nous l’appréhendons aujourd’hui a été inventé au début du XXème siècle dans l’Allemagne des années folles(Foerster, 2012, p. 20). De fait, si des figures historiques occidentales se sont vécues comme s’approchant le plus de notre conception moderne de la transidentité, il n’en reste pas moins que la vision occidentale du genre étant restée principalement – si ce n’est quasi-exclusivement – binaire durant des siècles, l’utilisation de l’identification comme personnes transgenres reste donc à mesurer.

L’officialisation de l’identification en tant que personne transgenre est donc apparue avec les premières chirurgies médicales. De fait, la transidentité ne prend plus existence uniquement dans l’identification propre de chacun-e mais s’installe dans une dimension hors individuelle, couverte par l’institution médicale, elle tend alors à exister aux yeux des non concernés-es. Ainsi, mammectomie, castration, pénectomie et vaginoplastie commencent à être pratiquées dans le courant des années folles. Cependant, encore expérimentales, certaines opérations entraînent parfois le décès de le-a patient-e, comme le cas de Lili Elbe, décédée suite au rejet de sa greffe d’utérus (Foerster, 2012).

Ces avancées médicales restent cependant bien en marge par rapport au courant psychiatrique. De fait, dès les années 50 et ce se poursuivant jusqu’au nouveau millénaire, des médecins, notamment des psychiatres (J-M Alby en 1956, J. Lacan en 1972, C. Millot en 1983, etc…), caractérisent la transidentité comme un délire, une folie, une erreur, une déraison (Alessandrin, 2018a; Foerster, 2012).

Dans ce même courant de pensée, le droit français se voit particulièrement réfractaire à ouvrir des droits aux personnes trans. En effet, interdisant dans un premier temps le changement d’état civil aux personnes trans opérées (Etat-civil, 1975), la cour de cassation reviendra sur sa décision vingt ans plus tard, soit neuf mois après la condamnation par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour non respect des droits des personnes trans en mars 1992. Il faudra cependant attendre novembre 2016 pour que la France accepte que la chirurgie ne soit plus un critère obligatoire pour obtenir son changement d’état civil et mai 2019 pour que l’OMS retire la transidentité de la liste des maladies mentales.

Ce climat peu enclin aux libertés trans, n’empêche cependant pas les mouvements militants français d’exister. En effet, dans ces mêmes périodes voient naître les premières associations en faveur des personnes trans : l’AMAHO par Marie-André Schwindenhammer en 1965, l’ABC en 1975, le CCL par le pasteur Doucé en 1976 et l’AMEFAT en 1981 pour n’en citer d’aucuns. Certaines de ces associations, comme l’AMAHO, permettent de faciliter l’accès à l’hormonothérapie ou créent d’elles-mêmes des papiers d’identité expliquant la situation de la personne trans (dont l’apparence physique ne correspond pas toujours aux documents administratifs), d’autres encore proposent des temps de paroles en non-mixité comme au CCL. L’arrivée d’internet dans les années 2000 permet de faire exploser les mouvements trans et de multiplier les associations (Alessandrin, 2018a). Les associations spécifiquement dédiées aux personnes trans comme Trans Inter Action à Nantes ou rattachées à des associations plus largement LGBTQI+ comme la Team Trans Quazar à Angers font suite à celles créées au début du millénaire comme Sans Contrefaçon ou Acceptess-T. Ces groupes ont alors pour vocation de continuer la lutte des droits et la visibilité pour les personnes trans au travers de manifestations, d’écrits dans des publications spécifiques (l’association OuTrans publiant dans Les Cahiers du genre en 2014) ou ouvertes au plus grand public (Antonin Le Mée, président de l’association LGBT Nationale, s’exprimant sur la non-binarité pour la chaîne youtube diffusant les conférences TEDx Talks) l’accompagnement thérapeutique, médical et/ou juridique des personnes ou encore la constitution de groupes d’échange entre concernés-es, proches, alliés-es.

L’exponentielle arrivée du mouvement trans s’accompagne également d’une visibilité grandissante dans les médias et cinémas, plus ou moins positive. En effet, la transidentité est souvent confondue avec le travestissement (Chouchou par M. Allouache, 2003; Miss par R. Alves, 2020; Une nouvelle amie par F. Ozon, 2014) et les personnages trans sont portés-es par des acteurices majoritairement cisgenres et souvent joués-es par des personnes dont le genre correspond au genre assigné du personnage et non à son identité de genre (Laurence Anyways (Laurence Anyways par X. Dolan, 2012), une femme trans est jouée par Melvil Poupaud, un homme cisgenre ; Lili Elbe (The Danish Girl par T. Hooper, 2016), première femme trans opérée est jouée par Eddie Redmayne, homme cisgenre également et plus récemment Lara (Girl par L. Dhont, 2018), danseuse trans jouée par Victor Polster, danseur cisgenre). Il est cependant à noter que certains rôles sont parfois offerts à des personnes trans pour jouer des personnages trans (Laverne Cox joue Sophia Burset (Orange is the new black par Kohan, 2013), prisonnière transgenre ; Jamie Clayton joue Nomi Marks (Sense8 par Wachowski & Wachowski, 2015), génie informaticienne transgenre) ou encore Jonas Ben Ahmed (premier acteur trans français à jouer dans un feuilleton grand public) joue Dimitri (Plus Belle la Vie par Plus belle la vie, 2003), jeune homme trans). Récemment, des acteurs-trices trans ont même pu investir les rôles de personnages cisgenres (Nicolas Anselmo, acteurice NB joue Eliott dans le feuilleton français Ici tout commence, apprenti cuisinier cisgenre et Brigette Lundy-Paine, acteurice NB joue Casey, lycéenne cisgenre dans la série Netflix Atypical).

En conclusion, la visibilité donnée aux personnes trans fut lente et compliquée, mais la dernière décennie offre des perspectives médicales, juridiques, médiatiques et culturelles plus bienveillantes, ou du moins plus représentatives des réalités trans.

  1. Droits et visibilité des personnes trans
Ludivine Brunes (2021), Frise chronologique des faits marquants liés à la transidentité dans les sphères trans, médicales, juridiques, culturelles, sportives et médiatiques.

Cette frise non exhaustive permet de mettre en relief les avancées médicales, les courants de pensées notamment psychiatrisantes de la transidentité, les mouvements militants et juridiques en faveur ou non des personnes trans, la visibilité donnée aux personnes trans, et l’intégration des questions gravitant autour de la transidentité dans le domaine sportif.

Cette mise en relief permet donc de proposer les constats suivants : dans un premier temps, dès lors qu’une personne trans est mise en avant par les médias et la culture (cinéma, documentaire), cette personne est généralement une femme. La figure de la femme trans semble alors plus fasciner que celle de l’homme trans, comme si le passage d’une perception masculine à féminine était davantage questionnable, perturbant pour la société. A cette interrogation, deux hypothèses peuvent être apportées : la première est que, dans une société patriarcale, le genre féminin est perçu comme le “sexe faible”. Les femmes trans, assignées homme à la naissance et perçues comme le sexe fort jusqu’à leur outing, ne sont donc pas comprises : pourquoi tendre vers un genre perçu comme péjorativement doux, délicat, tranquille, quand, à l’inverse, virilité, dynamisme et puissance caractérise la masculinité (Guionnet & Neveu, 2014; Betty Lefevre, 2000; Peyre & Wiels, 2015) ? La seconde hypothèse est que, dès les années 20, les femmes ont investi le territoire masculin en adoptant la mode de la garçonne : cheveux courts, jambes apparentes pour celles portant la jupe droite accompagnée généralement d’un blazer instauré par Coco Chanel et costume avec nœud papillon, cravate et canne pour d’autres (Bard, 1998; Vigarello, 2004). A l’inverse, au fil des siècles, la mode masculine française n’a jamais investi le territoire vestimentaire opposé : jupes, robes, corsets sont restés exclusivement féminins (Deslandres & Müller, 1986). Sous-jacente l’idée que la société s’est davantage habituée à percevoir les femmes comme utilisant les codes masculins. La réciproque n’étant pas vraie, les femmes trans – davantage victimes de transphobie (Alessandrin, 2016a; MAG Jeunes gais lesbiennes bi et trans, 2010; Michon, 2020; Poirier et al., 2018) et donc par extension, moins acceptées comme étant femmes – intriguent davantage et sont vues comme des objets de fascination mal placée (Foerster, 2012)). 

Un second constat peut être avancé : la problématique transidentité/sport est arrivée très tardivement alors même que les mouvements militants, juridiques et médicaux trans étaient déjà mis en place. Qui plus est, cette problématique avance à deux vitesses. De fait, pour les hommes trans, la problématique semble davantage médiatique que réellement réglementaire. En effet, leur prise de testostérone est suivie au même titre que le taux de dopage, la limite à ne pas dépasser pour ne pas être considéré sous produit dopant est donc modulable. A l’inverse, les femmes trans voient leurs droits avancer (non obligation à la chirurgie mais le taux de testostérone doit être sous les 10nmol/L avec le consensus de 2015) puis reculer (passage à 5nmol/L en athlétisme voire possible interdiction de participer en rugby en 2020). Les femmes trans sont donc davantage vues comme des tricheuses et leur inclusion “soulève des contestations puisque leur éligibilité est remise en question(Michon, 2020, p. 41). Cette vision réfractaire à l’acceptation des athlètes sportives transgenres peut s’expliquer par le fait que, contrairement aux hommes trans, leur taux de testostérone ne peut que difficilement se contrôler et la limite avec prise de produit dopant et hormonothérapie est bien plus mince (selon l’agence mondiale d’anti-dopage, la testostérone appartient à la catégorie des substances interdites en permanence comme « stéroïdes anabolisants androgènes (SAA) »). Dans un dernier temps, si le sport limite l’intégration des femmes trans, elle invisibilise totalement la cause des NB. De fait, aucune discussion médiatique ou juridique ne semble questionner l’entrée des athlètes NB dans la sphère sportive française, comme si la bicatégorisation des épreuves était un allant de soi. Les athlètes NB investissent donc davantage des activités innovantes comme le Quidditch moldu (sport inspiré de la saga Harry Potter de J.K. Rowling) où l’état civil n’entre pas en compte dans les compétitions (Erikainen et al., 2020).

En conclusion, les personnes trans sont perçues comme à la fois intrigantes et inconfortantes. Plus précisément, leur existence est souvent mise en avant pour montrer leur sortie des normes occidentales face au genre et non comme des parcours biographiques à mettre en lumière. Concernant la sphère sportive, cette dernière semble réfractaire à intégrer réellement et à égalité les athlètes trans, et plus particulièrement les athlètes trans féminines et NB.

  1. Les personnes trans dans le sport inclusion et visibilité ou écartement et invisibilisation ?

Comme précisé précédemment, l’inclusion des personnes trans dans la sphère sportive semble être un sujet sensible. En effet, tant au sein des fédérations que dans les discours scientifiques ou médiatiques, le traitement des personnes trans semble poser question. Dans un premier temps, les fédérations sportives connaissent plusieurs oppositions face à la problématique.

La première opposition se crée entre sport traditionnel et sport innovant. Les sports traditionnels au niveau international gardent une vision bigenrée et cisnormée dans laquelle hommes et femmes se doivent d’être séparés-es pour permettre aux femmes de s’épanouir dans leurs performances sans être comparées à celles des hommes (pour un même niveau et une même épreuve, la performance masculine sera généralement meilleure que celle la performance féminine). Pour preuve, le contrôle strict imposé aux femmes trans pour mesurer leur testostérone, voire l’exclusion de cette catégorie dans certains sports comme le montre les réflexions du rugby féminin. A l’inverse, les sports innovants, alternatifs ou nouveaux présentent des règles plus souples sur la composition des équipes. Ainsi, dans le Quidditch Moldu la règle est de ne pas avoir “plus de 4 joueurs-euses du même genre sur le terrain en même temps” (IQA, 2018), dans une autre dynamique, au Tchoukball de compétition, sport collectif, les matchs peuvent se jouer en mixte. 

La seconde opposition se situe entre les athlètes trans féminines et les athlètes cisgenres féminines. En effet, si la première catégorie trouve les restrictions du CIO injustes (Knox et al., 2019), la seconde les considère comme nécessaire car voient en les femmes trans, des athlètes avant tout aidées par des modifications physiologiques et hormonales masculines (la répartition des masses musculaires, le type de fibres musculaires, la dotation d’hormones de croissance et de force comme la testostérone, etc…). Cette considération de l’athlète féminine  trans sous le prisme uniquement physiologique rejoint celle des fédérations olympiques, dénaturant alors la personne. En effet, l’athlète est alors perçue comme une femme aux attributs masculins dont les performances ne sont expliquées uniquement que par sa nature biologique. 

La troisième opposition se situe entre les fédérations olympiques et les fédérations locales. Prenons ici l’exemple de l’athlétisme : la fédération internationale d’athlétisme divise ses épreuves en deux catégories, hommes et femmes. Pourtant, des fédérations comme la Scottish Athletics proposent d’inclure une catégorie NB (Erikainen et al., 2020). En France, aucune compétition nationale ne semble proposer de catégorie non-binaire. A noter cependant, que lors de certains événements, notamment LGBTQI+ friendly, le genre n’est pas toujours demandé à l’image du TiMM (Tournoi International Montpellier Méditerranée). Cependant, les épreuves restent bigenrées, un-e athlète NB pourra pourra donc choisir entre les épreuves masculines, féminines et/ou mixtes (selon les sports, par exemple en badminton) indépendemment de son sexe biologique mais cela ne reflètera pas forcément son identité de genre.

En conclusion, l’inclusion des personnes trans est une question où sports traditionnels/sports innovants, athlètes cisgenres/transgenres et fédérations olympiques/locales s’opposent pour faire valoir son point de vue et ses arguments.

Mais la sphère sportive n’est pas uniquement représentée par les fédérations et athlètes. En effet, le domaine scientifique contribue également à la visibilité offerte aux athlètes trans. 

Force est de constater que les études scientifiques s’intéressant à la dualité transidentité/sport (sciences humaines et physiologie plus particulièrement) suivent les réflexions des fédérations. 

Une recherche via les mots “transgenre” (transgender) et “sport” (sport) a été effectuée via le site PubMed. 79 articles ont été immédiatement proposés, datant de 2003 à 2021. Néanmoins, ont été immédiatement exclus les articles dont le titre ne faisait pas directement référence à au moins une des deux thématiques de recherche :

  • Catégorie “transgenre” (transgender) : transgenre (transgender), femme(s) trans (transwoman), non-binaire(s) (non-binary), LGBT(QI+) (LGBT(QI+) ;
  • Catégorie “sport” (sport) : sport (sport), sport d’élite (elite sport), sport universitaire (college athletic team), athlète (athlete), athlétique/athlétisme (athletic), performance (performance), activité physique (physical activity), hormone(s)/testostérone (hormone/testosterone), muscles (muscles).

Par la suite, si une seule thématique était présente dans le titre, une recherche était faite au sein de l’article pour noter la présence ou non de la deuxième thématique et sa récurrence. Un minimum de 4 récurrence a été fixé pour assurer que la deuxième thématique constituait au moins une partie de l’article (52 articles). Ont également été exclus les articles traitant la transidentité sous le regard autre des athlètes transgenres, par exemple de leurs coachs (1 article). Au total, 26 articles sur les 79 initiaux ont été retenus. 

L’objectif était ensuite de noter la population représentée (trans binaires, trans non binaires, femmes trans, hommes trans), le niveau sportif traité (généralité, sport d’élite, sport universitaire) et la thématique globale de l’article (hormones et/ou physiologie, soins, chirurgie, test de féminité, redéfinition des catégories sportives, différence cis/trans, médiatisation, espaces, motivation, bien-être, santé mentale).

Ces différents filtres de lecture permettent de mettre en avant deux constats. Premièrement, 10 articles portent sur les personnes trans, 7 sur les femmes trans et 0 sur les personnes non-binaires ; 11 sur le sport d’élite ; 14 sur les hormones et/ou la physiologie (muscles, voix, etc…), 6 sur les différentes entre athlètes cis/athlètes trans et 6 sur le bien-être des personnes trans. Ainsi, la moitié des articles retenus s’intéressent à la population trans binaire dans sa globalité et ⅓ uniquement ou plus précisément aux athlètes trans féminines. Les personnes non-binaires (0) et les hommes trans (1) semblent donc presque exclus des démarches scientifiques. Par ailleurs, le niveau sportif  est surreprésenté par le sport d’élite (11), laissant de côté le sport d’un point de vue général (4) et universitaire (2) et ne questionnant jamais les pratiques de loisirs (0).

Deuxièmement, dès lors que deux variables sont cumulées, des tendances apparaissent. En effet, sur les 7 articles portant sur les femmes trans, tous se centrent sur la problématique des hormones et/ou de la physiologie et 3 y ajoutent une comparaison entre athlètes féminines cis et trans. A l’image des fédérations, les athlètes trans féminines sont mises en lumière par le prisme des hormones et de leur supposé avantage face aux athlètes cis féminines. De plus, les athlètes trans féminines sont uniquement perçues sous le spectre du sport d’élite (6 articles et 1 sur le sport universitaire), elles semblent donc garantes de la problématique sport/transidentité. Par ailleurs, sur 6 articles portant sur le bien-être, 5 sont généralisés à la communauté LGBT(QI+). Le bien-être trans est donc mêlé à celui des gays, lesbiennes et bi, orientation sexuelle et identité de genre étant alors presque confondues. 

En conclusion, cette courte revue de littérature permet de donner un premier aperçu du traitement donné au couple transidentité/sport. A noter cependant que les constats qui en émergent ne sont pas universels, puisque ne sont valables que pour les articles scientifiques proposés par PubMed, d’autres articles existent sur cette thématique et n’étaient pas proposés par l’interface. Il en ressort tout de même que les athlètes trans féminines sont davantage étudiées que leurs homologues masculins ou non-binaires, qu’elles le sont inévitablement dans le cadre du sport de haut niveau (international ou olympique) et que la question de la physiologie et des hormones prédomine. 

Une dernière instance contribue à la visibilité et à l’inclusion des athlètes trans dans la société : les médias. Il ne s’agira pas ici de réaliser une énième revue de presse du traitement médiatique des personnes trans (Alessandrin, 2018a; Alessandrin & Espineira, 2019; Collectif & Alessandrin, 2019; Espineira, 2012; Foerster, 2012; Pavlenko, 2018), mais simplement de rappeler les faits. Ainsi, comme cela est le cas pour les personnes trans, les athlètes trans sont régulièrement mégenrées, leur deadname mis en avant dès les premières lignes quand celui-ci n’est pas précisé dans le titre. Pour preuve, lors de l’outing de l’ancienne kayakiste olympique Sandra Forgues, France Info titrait le 18 mars 2018 “Sandra Forgues : la nouvelle vie d’un champion olympique transgenre” quand Le Parisien, dix jours auparavant, proposait “Comment le champion olympique de canoë Wilfrid Forgues est devenu Sandra”. De plus, lorsque des actions transphobes sont relevées par les réseaux sociaux et les mouvements militants, comme lorsque la salle de fitness Basic-Fit a refusé l’accès au cours Lady Only à une femme trans pour seule raison de sa transidentité, aucun média mise à part le journal Têtu ne semble relayer l’événement. Force est de constater une certaine invisibilisation des vécus sportifs trans.

Pour conclure, trois institutions rendent visibles l’inclusion des athlètes trans : les fédérations, les réflexions scientifiques et les médias. Il a été démontré que des oppositions existent entre les fédérations (traditionnelles/innovantes, locales/internationales) et leurs membres (athlètes cis/trans) ; qu’un manque de diversité des traitements scientifiques se créent lorsqu’une revue de littérature étudie l’échantillon de population, le niveau sportif et le thème de l’article avec une surreprésentation des femmes trans, du sport d’élite et des traitements hormonaux ; et enfin, que les médias semblent méconnaître la réalité des athlètes trans en utilisant des phrases transphobes (mégenrage, deadname, photos avant/après, etc…).

Conclusion

Cette étude visait à réaliser un état des lieux de ce que propose/a proposé ou non l’institution sportive (niveau compétitif, loisir et éducatif) pour les personnes trans en réalisant une brève histoire du sport et de la transidentité et la place offerte aux personnes trans dans les fédérations, les réflexions scientifiques et les médias.

Il en ressort que la transidentité pose problème et se résume, au sein du monde compétitif, aux femmes trans et aux hormones. De plus, cette étude a permis de mettre en avant que les thématiques de sports de loisirs ne sont que partiellement voire pas du tout couplées à celle de la transidentité. 

Il conviendra par la suite d’approfondir le couple transidentité/sports loisirs. Ce travail permettra de confronter la parole des concernés-es à celle des éducateurices sportifs-ves, des politiques publiques afin de mettre en avant les présences, besoins et manques de formations. 

Bibliographie

Abreu, R. L., Kenny, M. C., Hall, J. G., & Huff, J. (2020). Supporting transgender students : School counselors’ preparedness, training efforts, and necessary support. Journal of LGBT Youth, 17(1), 107‑122. https://doi.org/10.1080/19361653.2019.1662755

Alessandrin, A. (2016a). La transphobie en France : Insuffisance du droit et expériences de discrimination. Cahiers du Genre, 60(1), 193‑212. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/cdge.060.0193

Alessandrin, A. (2016b). « Mineurs trans » : De l’inconvénient de ne pas être pris en compte par les politiques publiques. Agora débats/jeunesses, 73(2), 7‑20. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/agora.073.0007

Alessandrin, A. (2017). Au-delà du troisième sexe : Expériences de genre, classifications et débordements. Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 9, 201‑214. https://doi.org/10.4000/socio.3049

Alessandrin, A. (2018a). Sociologie des transidentités. Editions Le Cavalier Bleu.

Alessandrin, A. (2018b, juin 7). Comment lutter contre la transphobie à l’école? CNRS Le journal. https://lejournal.cnrs.fr/billets/comment-lutter-contre-la-transphobie-a-lecole

Alessandrin, A., & Espineira, K. (2019). Sociologie de la transphobie. Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Allouache, M. (2003, mars 19). Chouchou [Comédie]. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=47835.html

Alves, R. (2020, octobre 21). Miss [Comédie]. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=270443.html

Amadieu, J.-F. (2005). Le Poids des apparences : Beauté, amour et gloire. Odile Jacob.

Bard, C. (1998). Les Garçonnes : Modes et fantasmes des Années folles. Flammarion.

Bard, C. (2020). « Le féminisme menace l’ordre social ». Idees recues, 2e éd., 57‑66.

Blanc, A. L. (2019). Ouvertures et frontières paradoxales du sport LGBT, entre dynamiques de protection et stratégies d’exposition. Corps, N° 17(1), 275‑289.

Block, B. A. (2014). Supporting LGBTQ Students in Physical Education : Changing the Movement Landscape. Quest, 66(1), 14‑26. https://doi.org/10.1080/00336297.2013.824904

Bohuon, A. (2008). Sport et bicatégorisation par sexe : Test de féminité et ambiguïtés du discours médical. Nouvelles Questions Feministes, Vol. 27(1), 80‑91.

Bohuon, A., & Dorlin, E. (2015). Catégorie « “dames” ». Editions IXE.

Bohuon, A., & Quin, G. (2012). Quand sport et féminité ne font pas bon ménage… Le sociographe, n° 38(2), 23‑30.

Cleron, E. (2012). Les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France (Bulletin de statistiques et d’études No 12‑02; p. 4). Ministère des sports. https://www.sports.gouv.fr/IMG/archives/pdf/Stat-Info_01-11_decembre2010.pdf

Collectif, & Alessandrin, A. (2019). Actualité des trans studies. Editions des archives contemporaines.

Etat-civil, 374 Bulletin des arrêts Cour de Cassation Chambre civile 1 ___ (Cour d’appel Bordeaux (Chambre 1) 1975). https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000006995241/

Davisse, A. (1998). L’origine des différences (différences ou inégalités). In A. Davisse & C. Louveau, Sports, école, société : La différence des sexes. Féminin, masculin et activités sportives (L’Harmattan, p. 225‑242).

de Coubertin, P. (1922). Pédagogie sportive (Psycho-Pédagogie du Sport édition (Ed. 1992)). Librairie Philosophique Vrin.

Deslandres, Y., & Müller, F. (1986). Histoire de la Mode au XXé siecle (1er édition). Somogy – France Loisirs.

Dhont, L. (2018, octobre 10). Girl [Drame]. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=263852.html

Dolan, X. (2012, juillet 18). Laurence Anyways [Drame]. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=186111.html

Donnat, O. (2005). 49. La féminisation des pratiques culturelles. In Femmes, genre et sociétés (p. 423‑431). La Découverte; Cairn.info. https://www.cairn.info/femmes-genre-et-societes–9782707144126-p-423.htm

Duret, P. (2019). Sociologie du sport: Vol. 4e éd. Presses Universitaires de France; Cairn.info. https://www.cairn.info/sociologie-du-sport–9782715400146.htm

Ehrenberg, A. (1991). Le Culte de la performance. Calmann-Lévy.

Erikainen, S., Vincent, B., & Hopkins, A. (2020). Specific Detriment : Barriers and Opportunities for Non-Binary Inclusive Sports in Scotland: Journal of Sport and Social Issues. https://doi.org/10.1177/0193723520962937

Espineira, K. (2012). La transidentité : De l’espace médiatique à l’espace public. Harmattan.

Espineira, K., Thomas, M.-Y., Alessandrin, A., & Collectif. (2014). Tableau noir : Les transidentités et l’école. Editions L’Harmattan.

Foerster, M. (2012). Elle ou lui ? : Une histoire des transsexuels en France. La Musardine.

Foley, J. T., Pineiro, C., Miller, D., & Foley, M. L. (2016). Including Transgender Students in School Physical Education. Journal of Physical Education, Recreation & Dance, 87(3), 5‑8. https://doi.org/10.1080/07303084.2016.1131544

Guionnet, C., & Neveu, E. (2014). Féminins / Masculins – Sociologie du genre : Sociologie du genre. Armand Colin.

Hooper, T. (2016, janvier 20). The Danish Girl [Biopic]. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=140552.html

Jones, B., Arcelus, J., Bouman, W., & Haycraft, E. (2017a). Barriers and facilitators of physical activity and sport participation among young transgender adults who are medically transitioning. International Journal of Transgenderism, 18. https://doi.org/10.1080/15532739.2017.1293581

Jones, B., Arcelus, J., Bouman, W. P., & Haycraft, E. (2017b). Sport and Transgender People : A Systematic Review of the Literature Relating to Sport Participation and Competitive Sport Policies. Sports Medicine, 47(4), 701‑716. https://doi.org/10.1007/s40279-016-0621-y

Knox, T., Anderson, L. C., & Heather, A. (2019). Transwomen in elite sport : Scientific and ethical considerations. Journal of Medical Ethics, 45(6), 395‑403. https://doi.org/10.1136/medethics-2018-105208

Kohan, J. (2013, 2019). Orange Is the New Black [Genre, comédie]. https://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=10368.html

Lefevre, Betty. (2000). La sportive : Entre modèle masculin et norme esthétique. In P. Arnaud & T. Terret, Histoire du sport féminin (L’Harmattan, p. 270).

Lefevre, Brice, & Thiery, P. (2010). Les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France (Bulletin de statistiques et d’études No 10‑01; p. 4). Ministère des sports. https://www.sports.gouv.fr/IMG/archives/pdf/Stat-Info_01-11_decembre2010.pdf

Louveau, C. (1986). Talons aiguilles et crampons alu. INSEP.

MAG Jeunes gais lesbiennes bi et trans. (2010). Enquête sur le vécu des jeunes populations trans en France. https://www.mag-jeunes.com/essential_grid/recherches

Michon, C. (2020). Enquête sur l’expérience sportive d’athlètes canadien.ne.s : Portrait des expériences vécues en sport par des athlètes trans. Université Laval.

Montanola, S., & Olivesi, A. (2017). Gender Testing in Sport (Reprint édition). Routledge.

Ozon, F. (2014, novembre 5). Une nouvelle amie [Drame]. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=223933.html

Pavlenko, F. (2018). Sport et transidentité : Représentations des sportif·ves trans’ dans la presse française (1977-2018) [UFR STAPS – Université Claude Bernard]. https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01872117

Peyre, E., & Wiels, J. (2015). Mon corps a-t-il un sexe ? La Découverte. https://www.cairn.info/mon-corps-a-t-il-un-sexe–9782707173584.htm

Plus belle la vie. (2003). [Soap opera]. https://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=322.html

Pociello, C. (1983). Sports et société, approche socio-culturelle des pratiques. Maloine.

Poirier, F., Condat, A., Laufer, L., Rosenblum, O., & Cohen, D. (2018). Non-binarité et transidentités à l’adolescence : Une revue de la littérature. Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence. https://doi.org/10.1016/j.neurenf.2018.08.004

Rivoal, H., Bretin, H., & Vuattoux, A. (2019). Introduction. Travail et masculinités : Quelles transformations ? Cahiers du Genre, n° 67(2), 5‑24.

Sarremejane, P. (2016). Chapitre 2. Les valeurs du sport. In Éthique et sport (p. 21‑50). Éditions Sciences Humaines; Cairn.info. https://www.cairn.info/ethique-et-sport–9782361064150-p-21.htm

Terret, T. (2019). Histoire du sport : « Que sais-je ? » n° 337 (6e éd.). Que sais-je ?

Vigarello, G. (2004). Histoire de la beauté : Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours. Seuil.

Vigneau, F. (2008). Le « sens » du sport : Conquête de l’espace, quête du plaisir. Annales de geographie, n° 662(4), 3‑19.

Vuillemin, A. (2014). Chapitre 3. L’activité physique pour préserver la santé. In Psychologie de la santé : Applications et interventions (p. 57‑81). Dunod; Cairn.info. https://doi.org/10.3917/dunod.fisch.2014.01.0057

Wachowski, L., & Wachowski, L. (2015, 2018). Sense8 [Drame, Science-fiction]. https://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=11498.html

2022 as communication conférence doctorant histoire identité identité collective identité personnelle identité sociale intervenants médias processus redesp rencontre représentation représentations sociales revue de littérature réflexion réseau sciences sciences po sport sujet transidentité étude du sport études

Réflexion sur les (trans)identités

Préambule

Comment savoir qui nous sommes ? Sommes-nous uniques ou semblables ? Comment se différencier de l’autre tout en étant accepté-e par lui grâce à des ressemblances ? Voici autant de questions qui animent les discours scientifiques et qui se retrouvent au carrefour d’une seule et même notion : l’identité. Terme complexe, peut-être impossible à rendre réel dans une seule définition, les questions relatives à l’identité animent la littérature depuis l’Antiquité. Il s’agira ici d’exposer le concept d’identité et de le recentrer autour de l’identité de genre tout en mettant en avant le mécanisme d’identification.

Identité

  1. Identité individuelle
    1. Les différents courants de pensée autour de l’identité

L’identité comme idée générale consiste à réfléchir sur ce qui constitue, caractérise un sujet, qu’il soit vivant ou inanimé. De cette manière, l’identité serait le “fait de pouvoir être reconnu comme tel sans risque de confusion grâce à des caractéristiques qui individualisent(Le nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française « Identité », 1993, p. 1258).

L’identité serait donc l’ensemble des éléments qui permettent de différencier chacun-e. Si plusieurs éléments permettent de caractériser un-e individu-e, cela semble induire qu’une personne est constituée de plusieurs “mini-identités” : une identité de genre, une identité d’âge, une identité professionnelle, une identité vestimentaire, etc… Pourtant, si un seul de ces éléments change, l’identité de la personne change-t-elle également ? Un chômeur devenant aide soignant, devient-il une autre personne ? (Gounelle, 2016) Plus généralement, une adolescente devenant une jeune femme puis une vieille dame, est-elle toujours la même ? Quid lorsque la notion de transidentité entre en jeu ?

Ainsi, se déploie une première vision de l’identité, élaborée en premier lieu par Platon puis reprise par Hume : il ne peut exister d’identité quand celle-ci est constamment changeante (Hume, 1739; Platon, 1992. Première édition -380). Dans le même sens et plus récemment, est remise en jeu la notion d’identité dans l’expérience des greffes. De fait, comment se définir lorsqu’une partie de soi ne nous appartient initialement pas (Romagnoli, 2010) ?

Mais cette vision ne semble satisfaire la réalité : une identité est ce qui fait une personne, considérer qu’elle n’existe pas reviendrait à nier l’existence même de la personne. Ainsi, le fait d’exister permettrait dans une certaine mesure de convenir de l’identité d’une personne. Cela semble rejoindre les propos de Descartes, je pense donc je suis (Descartes, 1637). Dans un autre temps, d’autres auteurs comme Hegel ou Sartre considèrent que la formation de l’identité ne peut se faire qu’en résonance à l’existence d’autrui. Plus précisément, on ne pourrait se définir qu’à travers les ressemblances et les différences avec autrui (Hegel, 1807) et en même temps, notre identité se créerait à partir des choix et des actes, réponses immédiates à la présence directe ou indirecte d’un-e autre (Sartre, 1946).

  1. Choix d’un courant de pensée

Finalement, il sera considéré ici que, certes l’identité est changeante puisque la nature même de l’humain est de sans cesse évoluer, mais cela ne l’empêche pas d’exister et ces modifications font partie intégrante de l’identité. L’humain est donc une multitude de choses, une pluralité d’étiquettes (Lahire, 2001). Ces étiquettes peuvent être abandonnées avec le temps (passage de “je suis un-e enfant” à “je suis un-e adulte”). Elles peuvent également apparaître plus fortement ou, a contrario, disparaître selon le contexte (“je suis nageur-euse” lorsque l’individu-e est dans un club sportif, “je suis ostéopathe” lorsque l’individu-e se trouve dans son cadre professionnel).

Loin d’être donnée une fois pour toutes, l’identité se modifie et évolue tout au long de la vie : selon les contextes et les moments du cycle de vie, certaines appartenances  sont mises en avant, d’autres écartées momentanément ou durablement, parfois même occultées(Guérin-Pace, 2006, p. 299)

Dans tous les cas, chaque identité révèle un instant de vie, un état plus ou moins long de la personne sur une période donnée. Leurs modifications, leurs disparitions et leurs apparitions ne rendent pas illégitimes ou caduques les précédentes ou les nouvelles identités. Au contraire, elles permettent à l’individu-e d’être ce qu’iel est à l’instant T, même si cet état tend à se modifier avec le temps.

Il s’agissait ici de mettre en avant les différents courants de pensée qui animent la question de l’identité. Existe-t-elle seulement ? Comment se définir ? Notre évolution nous change-t-elle fondamentalement ? Autant de questions qui apparaissent dans les divers champs scientifiques et pour lesquelles l’appui sur la théorie de “l’homme pluriel” de Bernard Lahire semble le plus correspondre à cette étude. Ainsi, l’individu-e ne serait pas un “bloc” mais fait d’une “d’une multiplicité de schèmes d’action ou d’habitudes(Lahire, 2016, p. 57) créant une multiplicité d’identités, variables au fil du temps. 

  1. Identité collective
    1. Ce qu’est l’identité collective

L’identité collective d’un point de vue pratique (Voegtli, 2009), c’est à dire selon les sujets et non considérée par les scientifiques, se crée à partir d’un rassemblement d’individus-es qui se ressemblent sur plusieurs niveaux. Par exemple, une nation possède une identité collective à travers une langue commune, des territoires communs, une histoire commune, etc… 

Au sein de ce rassemblement qui sera appelé communauté, les individus-es acceptent le fonctionnement et le mode d’organisation (hiérarchie, prise de décision, etc…), les relations avec leurs pairs (relation dépendante ou interdépendante, relation de dominés-es/dominateur-trice ou égaux-ales, etc…) et les valeurs partagées.

A noter que certaines communautés peuvent subdiviser certaines de ces identités pour spécialiser et centrer sur des identités individuelles qui, regroupées, forment une nouvelle identité collective. Plus précisément, au sein de la communauté LGBTQI+, il existe une pléthore de communautés : gay, trans, asexuelle, etc… En se centrant à nouveau uniquement sur la communauté trans, force est de constater qu’elle se divise de nouveau : trans binaires, trans non-binaires, trans racisés-es, etc… 

La subdivision des communautés, exemple au sein de la communauté LGBTQI+

Dans la continuité de la multiplicité des étiquettes, un-e individu-e appartient à plusieurs groupes possédant chacun une identité collective. Par exemple, une nation est subdivisée en une pléthore de communautés plus ou moins éloignées les unes des autres et plus ou moins scindées entre elles. Voici un exemple non exhaustif de groupes pouvant découler d’une nation quelconque :

La subdivision possible d’une nation

Les catégories ici proposées ne représentent pas une réalité universelle, au contraire. En se focalisant sur le groupe des sports, force est de constater que les formules de catégorisation sportive sont multiples. En effet, que ce soit au travers des objets manipulés, des efforts demandés, des espaces utilisés, des déplacements nécessaires, du type d’adversité rencontrée, la classification sportive ne rend pas unanime (Vigneau, 2008)

Il en va de même pour le genre. Si les sociétés occidentales considèrent que toute personne se vivant en-dehors du genre (binaire) assigné à la naissance est une personne trans, d’autres cultures possèdent/possédaient une vision différente. De fait, chez les Natifs-ves d’Amérique, certains peuples assignaient un genre aux nouveaux-nés-es qui pouvaient être homme, femme ou two-spirit (lit. bispiritualité). Un-e individu-e pouvait donc se vivre en dehors du spectre binaire homme/femme dès la naissance, la notion occidentale de personne trans ne pouvant alors s’y transposer. Sous-jacente l’idée que “le genre et ses matérialisations comme données identitaires ne sont donc pas existantes par nature, mais forgées et accumulées par nos sociétés pour répondre à différents besoins de fonctionnement(Lexie, 2021, p. 22)

Finalement, il existe autant d’identités collectives que d’individus-es rendus solidaires aux autres par un ou plusieurs points communs (Descombes, 2017). Indubitablement, le découpage et le regroupement de ces identités a un effet social, variant ainsi selon l’époque, la culture et le lieu où naît le regroupement. 

  1. L’identité trans

L’identité trans revient à se centrer sur la communauté trans du mouvement LGBTQI+. Cette identité possède deux faces, propres à chaque individu-e. La première est le fait de s’identifier trans par le fait de l’être, la seconde face est la nuance de cette identité : s’identifier trans n’est pas synonyme d’identification à la communauté trans. Selon les individus-es, il peut donc y avoir une différence entre l’appartenance de fait par son identité à une communauté et le sentiment d’appartenance à cette même communauté (Kullgren, 2020)

Etre trans, c’est une histoire de rapport de soi à soi, de prise de conscience individuelle et de compréhension de sa propre identité(Lexie, 2021, p. 19). Être trans, se vivre trans, s’identifier comme trans, c’est donc avant tout une expérience intime du soi. Cette expérience engendre différentes dissonances identitaires : une dissonance entre l’identité de genre vécu et l’identité administrative, liée à l’état civil assigné à la naissance en fonction de l’apparence génitale extérieure ; cette dissonance peut apparaître dans la notion de passing, où l’identité expressive (vêtements, coupe de cheveux, voix, etc…) ne correspond pas à l’identité perçue par autrui ; parfois encore une dissonance se crée entre sa propre identité et celle que les autres nous assignent (déni de la famille que le-a membre ne soit pas cis).

Dans la continuité de Lahire, être trans ne fait pas d’une personne ce qu’elle est entièrement, cela ne représente qu’une partie d’elle-même. Une personne trans peut aussi être une personne handicapée, une personne racisée, une personne chrétienne, une personne sportive, etc… Finalement, “nous sommes trans mais pas que. Nous sommes des personnes(Lexie, 2021, p. 39). Il n’y a donc pas un vécu trans mais bien des vécus trans, qui possèdent des résonances entre eux mais ne sont pas universels.

S’identifier et appartenir à la communauté trans revient à se reconnaître dans son histoire et ses revendications mais également de vivre avec cette communauté (Kullgren, 2020) : avoir des amis-es trans, partager des expériences avec les autres membres de la communauté, participer aux manifestations trans, fréquenter des espaces trans (réunions, bars), sensibiliser autrui à la transidentité, etc… Si les personnes trans ne sont pas que trans, il n’en reste pas moins que des vécus communs se créent : difficultés d’accessibilité aux soins, transphobie et enbyphobie, acceptation ou rejet familial, modification de la sexualité, sortie ou entrée dans le sexisme et la misogynie, etc… (Beaubatie, 2021). Si aucun parcours trans n’est semblable, des vécus ponctuels se rapprochent et permettent de créer un ensemble trans dont les luttes convergent majoritairement vers les mêmes points : l’acceptation et l’accessibilité juridique, médicale et sociale de la transidentité (Alessandrin & Espineira, 2019; Collectif & Alessandrin, 2019; Iantaffi & Barker, 2021; Lexie, 2021).

L’identité trans joue donc sur deux versants : s’identifier comme trans et s’identifier à la communauté trans, relevant ainsi de l’identité individuelle et de l’identité collective.

Identifier, identification et identifiable : le processus général, l’action et le résultat

Il semblerait que l’identité soit liée à un mécanisme composé d’un processus général (identifier), d’une action (identification) et d’un résultat (identifiable).

Le mécanisme d’identité

  1. Le processus général : identifier

Identifier revient à reconnaître, comparer, différencier, distinguer, un-e individu-e ou un groupe d’individus-es par rapport à un autre modèle. Identifier c’est donc apprécier les points communs et les différences entre deux sujets pour catégoriser le sujet étudié. 

Chaque personne ou groupe de personnes peut être identifiée par son âge, son genre, ses croyances religieuses, son origine sociale, ses vêtements, sa couleur de peau, etc… Finalement, ce qui constitue l’identité d’un-e individu-e permet de l’identifier.

Deux étapes sont nécessaires pour identifier une personne. De fait, dans un premier temps, l’observateur-trice compare ce qu’iel voit avec ce qu’iel connaît : je vois une personne portant un t-shirt des Rolling Stones. Les Rollings Stones sont un groupe de rock, c’est l’identification. Dans un second temps, l’observateur-trice catégorise le sujet : si cette personne porte un t-shirt de rock, alors cette personne aime le rock, ce-tte dernier-ière devient donc identifiable

  1. L’action : identification
  2. Identifier de….

L’action d’identifier une personne permet de différencier les uns des autres et donc, par extension, de reconnaître les uns des autres au travers de caractéristiques. Il y a donc une relation de l’autre vers les soi : j’identifie quelqu’un. Dans cette relation, c’est l’autre qui envoie l’information pour que le soi le-a reconnaisse.

Cette identification rejoint les différentes étiquettes de l’identité. En effet, cette identification peut-être référentielle : numéro fiscal, numéro INSEE, état civil, etc… ou morale au travers d’éléments distinctifs (Descombes, 2017). L’identification morale peut alors se diviser sous quatre formes mises en avant par B. Debarbieux : numérique, sociale, personnelle – qui sera évoquée dans la partie suivante – et collective (Debarbieux, 2006)

L’identification numérique revient à identifier une personne comme seul être semblable : il ne peut exister deux fois la même personne possédant à l’exactitude les mêmes chromosomes, cellules, ADN, besoins, envies, goûts, vécus, etc…

L’identification sociale est attribuée par autrui pour catégoriser les individus-es selon les représentations de la société. L’identification sociale se fait à partir d’attributs physiques (Ex. couleur de peau), de comportements (Ex. orientation sexuelle), d’engagements personnels (Ex. pratique religieuse), d’activités professionnelles (Ex. métier), de vocations (Ex. artiste) ou d’affiliations (Ex. amateur-trice de jazz) (Appiah, 2014).

L’identification collective, enfin, est un regroupement de personnes au travers des sentiments, des volontés et des valeurs partagées par l’ensemble de ces personnes. Dans le cas de l’identification collective, un réel sentiment d’appartenance à un dit-groupe se crée. 

  1. S’identifier à…

L’identification personnelle revient à dire “je m’identifie à…”, c’est-à-dire que le soi se reconnaît dans l’autre. Il y a donc une compréhension, une acceptation et une reconnaissance du soi.

Cette identification personnelle est essentielle dans la construction de son identité. De fait, c’est en se reconnaissant dans l’autre que l’on construit son soi. Plus précisément, c’est en intégrant ou au contraire, en rejetant des attributs de l’autre que sa propre identité se construit. 

Intervient alors l’importance de la représentation. Être représenté c’est devenir légitime à ses propres yeux mais également aux yeux des autres et donc normaliser une pratique ou une existence. En effet, puisque s’identifier c’est se reconnaître, la représentation devient essentielle dans la construction de l’identité. Car comment savoir qui on est, comment savoir si on est “normal-e” s’il n’existe pas de modèle de référence ?

Cette représentation peut avoir lieu dans la littérature, dans les médias, au cinéma, dans les séries, chez les personnalités publiques, etc… Toute place publique est donc le lieu d’une représentation.

Cependant, toute représentation n’est pas à prendre pour argent comptant. En effet, ce n’est pas parce qu’une identité est représentée qu’elle l’est de manière positive. De nombreux-ses personnalités ont démontré que les représentations faites des groupes dominés (toute personne n’appartenant pas aux classes homme, blanc, cisgenre et/ou hétéro) n’étaient pas toujours positives.

L’actrice Reese Witherspoon démontrait dans son discours pour le Glamour Women of the year Awards en 2015 que trop souvent dans les films, les femmes étaient réduites à se reposer sur les décisions d’un homme lors d’un instant de crise comme si elles étaient incapables de décider par elles-mêmes. Dans cette même lancée, un collectif de comédiennes françaises racisées a été mis en avant lors du Festival de Cannes 2018 pour promouvoir son livre-manifeste engagé Noire n’est pas mon métier, dénonçant la misogynoire vécue par les actrices et l’inaccessibilité à certains rôles en raison de leur couleur de peau et que les rôles offerts étaient majoritairement centrés sur l’aspect racisé de la personnage, et souvent accompagné de termes liés à la savane (“gazelle”, “panthère”, etc…). Pareillement, de nombreux chercheurs-euses et/ou militants-es ont démontré le manque de représentation trans dans les médias et que lorsque celle-ci était présente, elle n’était que peu positive (Alessandrin, 2018; Alessandrin & Espineira, 2019; Collectif & Alessandrin, 2019; Foerster, 2012; Lexie, 2021) : les personnages trans sont principalement joués-es par des acteurs-trices cis, parfois dont l’identité de genre est opposée à l’identité de genre du personnage (Ex. le film Girl en 2018, retraçant la transition d’une ballerine trans et jouée par un comédien cisgenre) ou leur vie est régulièrement mêlée à la prostitution ou à des destins tragiques (D. Roth-Bettoni, in Collectif & Alessandrin, 2019).

Dans le cas des personnages trans joués-es par des acteurs-trices cis, cela induit pour le-a spectateur-trice une idée que la transidentité s’apparente au travestissement : être trans ne serait finalement que se “déguiser” dans l’autre genre. Cette démarche invisibilise donc tout le questionnement de genre, l’euphorie et la dysphorie, les acceptations et les rejets des autres, les démarches médicales et administratives, etc… 

La représentation positive est donc un moteur essentiel à l’avancée des minorités. Elle permet en effet de partager l’existence des diversités au plus grand nombre et donc de sensibiliser le grand public aux questions liées à la minorité représentée. Cette sensibilisation permet donc d’ouvrir le débat et de permettre le terrain aux militants-es et concernés-es de communiquer leurs revendications. 

  1. Le résultat : identifiable

Être identifiable c’est être reconnu-e en tant que tel-lle. Que ce soit par des attributs physiques, des croyances politiques, un style vestimentaire, etc…, toute personne est identifiable. Lorsqu’elle a été identifiée, cette personne est donc classée par autrui ou par elle-même dans des groupes sociaux plus ou moins larges.

Cependant, cette classification n’est pas obligatoirement représentative de la réalité et fait souvent appelle aux représentations sociales, soit une “forme de connaissances socialement élaborées et partagées ayant une visée pratique et concourent à la construction d’une réalité commune à un ensemble social(Jodelet, 1989, p. 53). Les représentations sociales sont la somme du processus (construction) et du résultat du processus (image générée). Plus précisément, c’est une “construction qui rend le monde intelligible, qui permet à l’individu, au groupe d’appréhender l’environnement et de vivre au quotidien dans la société” (ibid.). A noté que le processus se construit petit à petit grâce à la répétition dans le cadre de l’éducation et de la socialisation primaire et secondaire ; le produit, quant à lui, est un système de référence, de catégorisation.

Cette catégorisation est donc un ensemble de croyances, d’attitudes et de stéréotypes. Ainsi, la croyance peut être vue comme une adhésion à une proposition dont la vérité ne peut pas toujours être démontrée ; l’attitude comme une “disposition à réagir de manière favorable ou non à une classe d’objet(Castellotti & Moore, 2002, p. 7) ; et les stéréotypes comme des “croyances partagées concernant les caractéristiques personnelles généralement des traits de personnalités [et/ou] des comportements d’un groupe de personnes(Schadron et al., 1996, p. 24).

En outre, pour exister, les représentations sociales ont besoin d’être collectives, d’être acceptées par un ensemble, par un groupe plus ou moins défini. Sous-jacente l’idée que les représentations sociales relèvent des “appartenances primaires(Rouchy, 2009, p. 151), soit le milieu social d’origine, la religion, le genre du sujet, etc… Elles se forgent par deux milieux : l’éducation et la socialisation (construction macro des représentations) et le relevé d’informations utiles à soi (construction micro des représentations). 

Les représentations sociales sont donc une acceptation du plus grand nombre de ce qui doit être et ne pas être. Par exemple, la société a défini ce que devait être un homme et ce que devait être une femme. Or toute personne sortant de ces définitions s’expose encore aujourd’hui à un risque de violences, basées sur leur orientation sexuelle (Ex. violences homophobes), sur leur identité de genre (Ex. violences transphobes et enbyphobes) et/ou sur leur condition physique (Ex. violences intersexes). A titre d’exemple, entre novembre 2018 et novembre 2019, 331 personnes ont été tuées dans le monde parce qu’elles étaient trans (TvT research project, 2019).

Les représentations sociales permettent donc de communiquer (elles orientent et aident à donner son opinion) et, par le partage, d’appartenir à un groupe. Ainsi, elles participent à “l’élaboration d’une identité sociale et personnelle gratifiante, c’est-à-dire compatible avec des systèmes de normes et de valeurs socialement et historiquement déterminées(Mugny & Carugati, 1985, p. 185).

Être identifiable comme appartenant à un groupe donné remet cependant en question la notion même d’identité. En effet, le principe même de l’identité est de se différencier de l’autre, d’être soi. Pourtant, comment être soi lorsque l’objectif d’un groupe est de créer l’unicité entre les membres. Plus précisément, lorsqu’un groupe propose un uniforme vestimentaire ou un mode de pensée, quelle place est laissée à l’individu ? Si identique semble dévier du terme identité, n’apparaît-il pas comme un antonyme ?

Conclusion

Durant cette étude, plusieurs concepts ont été mis en avant : identité sociale, identité personnelle, identité collective, identification, identifiable et représentations sociales. L’objectif était donc de proposer un aperçu des démarches scientifiques autour du terme identité et d’appréhender les notions qui en découlent. L’ensemble de ces notions a été recentré sur le thème de la transidentité.

Bibliographie

Alessandrin, A. (2018). Sociologie des transidentités. Editions Le Cavalier Bleu.

Alessandrin, A., & Espineira, K. (2019). Sociologie de la transphobie. Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Appiah, K. A. (2014). Lines of Descent – W. E. B. Du Bois and the Emergence of Identity. Harvard University Press.

Beaubatie, E. (2021). Transfuges de sexe. La Découverte.

Castellotti, V., & Moore, D. (2002). Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe – De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue.

Collectif. (2018). Noire n’est pas mon métier. Le Seuil.

Collectif, & Alessandrin, A. (2019). Actualité des trans studies. Editions des archives contemporaines.

Debarbieux, B. (2006). Prendre position : Réflexions sur les ressources et les limites de la notion d’identité en géographie. LEspace geographique, Tome 35(4), 340‑354.

Descartes, R. (1637). Discours de la méthode.

Descombes, V. (2017). L’identité de groupe : Identités sociales, identités collectives. Raisons politiques, N° 66(2), 13‑28.

Foerster, M. (2012). Elle ou lui ? : Une histoire des transsexuels en France. La Musardine.

Gounelle, L. (2016, novembre 21). Devenir pleinement soi-même. https://www.youtube.com/watch?v=NZXJ7zh3PJM

Guérin-Pace, F. (2006). Sentiment d’appartenance et territoires identitaires. LEspace geographique, Tome 35(4), 298‑308.

Hegel, G. W. F. (1807). Phénoménologie de l’esprit.

Hume, D. (1739). Traité sur la nature humaine.

Iantaffi, A., & Barker, M.-J. (2021). Vous n’êtes pas binaire (personne ne l’est !) : Voir le monde au-delà des normes de genres, sexualités et relations (Illustrated édition). AMETHYSTE ED.

Identité. (1993). In Le nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (p. 1258). Dictionnaire Le Robert.

Jodelet, D. (1989). Chapitre 1. Représentations sociales : Un domaine en expansion. In Les représentations sociales (Presses Universitaires de France).

Kullgren, M. (2020). Le communautarisme et la communauté trans en France : Une étude socioculturelle. https://blogs.goucher.edu/symposium/files/2021/05/Madeline-Kullgren-Memoire.pdf

Lahire, B. (2001). Scène I. L’acteur pluriel. In L’homme pluriel. Les ressorts de l’action (Nathan, p. 19‑52).

Lahire, B. (2016). L’homme pluriel. La sociologie à l’épreuve de l’individu. In Identité(s) (p. 57‑67). Éditions Sciences Humaines; Cairn.info. https://doi.org/10.3917/sh.halpe.2016.01.0057

Lexie. (2021). Une histoire de genres : Guide pour comprendre et défendre les transidentités. Marabout.

Mugny, G., & Carugati, F. (1985). L’intelligence au pluriel : Les représentations sociales de l’intelligence et de son développement (DelVal).

Platon. (1992). Le désir de l’immortalité. In P. Vicaire (Trad.), Le banquet (Les Belles Lettres, p. 51‑54).

Romagnoli, S. (2010). Identité personnelle, corps et changement. De l’intrus à l’hybridation. In J. Gaillard & B. Andrieu, Vers la fin du handicap ? Pratiques sportives, nouveaux enjeux, nouveaux territoires (p. 443‑450). Presses universitaires de Nancy.

Rouchy, J.-C. (2009). Transmission intergénérationnelle dans le groupe d’appartenance. Dialogue, n° 186(4), 149‑160.

Sartre, J.-P. (1946). L’existentialisme est un humaniste.

Schadron, G., Yzerbyt, V., & Leyens, J.-P. (1996). Stéréotypes et cognition sociale (Mardagna).

TvT research project. (2019). TvT TMM UPDATE • TRANS DAY OF REMEMBRANCE 2019. 88.

Vigneau, F. (2008). Le « sens » du sport : Conquête de l’espace, quête du plaisir. Annales de geographie, n° 662(4), 3‑19.Voegtli, M. (2009). Identité collective. In Dictionnaire des mouvements sociaux (p. 292‑299). Presses de Sciences Po; Cairn.info. https://doi.org/10.3917/scpo.filli.2009.01.0292

2022 as communication conférence doctorant histoire identité identité collective identité personnelle identité sociale intervenants médias processus redesp rencontre représentation représentations sociales revue de littérature réflexion réseau sciences sciences po sport sujet transidentité étude du sport études

REDESP 2022

Hémicycle du Conseil de l’Europe

Le REDESP 2022 s’est tenu le Jeudi 10 et le Vendredi 11 mars à la MISHA de Strasbourg et quel REDESP ! Après son annulation en 2020, son format en distanciel à Rennes 2 en 2021, les doctorants-es en études du sport ont enfin pu se retrouver en présentiel !

Après son introduction le Jeudi après-midi, les doctorants-es ont été invités-es à visiter le Conseil de l’Europe et assister à une conférence sur la politique sportive de l’Institution. Les communications ont ensuite repris jusqu’à 19h avant de s’offrir une pause conviviale.

Le Vendredi, le REDESP a réouvert ses portes dès 8h30 pour offrir de nouvelles communications toutes aussi riches que variées. Présentant pour le panel “Sport et genre”, j’ai pu communiquer un essai de revue de littérature sur la représentation des sportifs-ves trans dans les études scientifiques.

Brunes, L., (2022), XIIIe REDESP, “Représentation des sportifs-ves trans dans les études scientifiques. Essai d’une revue de littérature”, Strasbourg, 11 mars

Le REDESP s’est clôturé sur la remise de prix du jeune chercheur de Mathis Viersac, collègue du laboratoire VIPS² !

Attendant avec impatience l’édition 2023…

2022 as communication conférence doctorant histoire identité identité collective identité personnelle identité sociale intervenants médias processus redesp rencontre représentation représentations sociales revue de littérature réflexion réseau sciences sciences po sport sujet transidentité étude du sport études

Conférence SPORT & TRANSIDENTITE

Le 25 janvier j’intervenais auprès des étudiants-es de Sciences Po Reims lors d’une conférence organisée par l’AS (association sportive) et SAGA (association queer) sur le thème du sport et de la transidentité.

Accompagné-e de J-B M Moles, j’ai pu répondre aux questions des étudiants sur la transphobie, les attentes des personnes trans, l’actualité et la réalité des parcours sportifs trans, etc…

Une cinquantaine d’étudiants-es étaient réunis-es pour ce temps d’échange enrichissant.

2022 as communication conférence doctorant histoire identité identité collective identité personnelle identité sociale intervenants médias processus redesp rencontre représentation représentations sociales revue de littérature réflexion réseau sciences sciences po sport sujet transidentité étude du sport études